Le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique correspond à une association de facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, étroitement liée à l’obésité et plus particulièrement à l’obésité abdominale. Cette affection est la conséquence d’un mode de vie autodestructeur.

Depuis la montée épidémique de l'obésité, on parle beaucoup du syndrome métabolique, qualifié de « tueur silencieux » par certains professionnels de la santé. Associer une vie sédentaire et une alimentation trop calorique aboutit à un bilan énergétique positif : trop d'entrées et pas assez de dépenses. C'est le cas d'une proportion croissante de la population. La conséquence est l'apparition du syndrome métabolique, lequel est vecteur de maladies cardiovasculaires. Il est aujourd'hui essentiel de le dépister chez les personnes en surpoids, obèses, chez les diabétiques de type 2, etc…

Le syndrome métabolique touche 15 à 25 % de la population occidentale. Le risque de décès des suites des affections cardiovasculaires est de 2 à 4 fois supérieur par rapport à la normale. Le risque de souffrir du diabète de type II est également supérieur, puisque ce risque est 5 à 9 fois plus élevé.

On estime qu’en 2025, 2 européens sur 3 seront obèses !!!

1. Définition

- La résistance à l’insuline
Un taux de glucose à jeun de >= 6.1 mmol/l ou >= 110 mg/dl

- Obésité abdominale
Taille chez la femme > 80 cm
Taille chez l’homme > 94 cm

- Taux de triglycérides élevé
>= 1,7 mmol/l ou >= 150 mg/dl

- Taux d’HDL bas
Femmes < 1,3 mmol/l ou > 50 mg/dl
Hommes < 1 mmol/l ou < 40 mg/dl

- L’hypertension artérielle
>= 130/85 mm Hg

Les coupables:
- absorption exagérée de glucides rapides (x3)
- absorption de graisses saturées en excès
- sédentarité
- déficience en nutriments : magnésium, zinc, oméga-3, fibres, vitB6.

2. Causes et conséquences

Une absorption trop élevée de glucides et d’acides gras saturés
v
(1) Augmentation du tissu adipeux
v
(2) Oxydation
v
(3) Inflammation
v
(4) Dérèglement de la glycémie + (5) Dyslipidémie + (6) Dérèglement des neurotransmetteurs

1. L’absorption de glucides rapides et d’acides gras saturés mène à une augmentation de la masse graisseuse. L’absorption d’une grande quantité de glucides rapides (en moyenne 3 fois les besoins journaliers) et d’acides gras saturés est responsable de l’apparition d’obésité et du syndrome métabolique.

2. L’augmentation de la masse graisseuse (surtout des tissus adipeux entre autre le fois, le cœur,…) induit une oxydation.

3. L’oxydation entraîne une inflammation (qui déclenche l’activation du signal NF Kappa B qui mène à nouveau à la sécrétion des adipokines inflammatoires)

4. L’oxydation et l’inflammation entraînent un dérèglement de la glycémie, une intolérance au glucose et ensuite une insulinorésistance.

5. Les problèmes cardiovasculaires sont liés à l’inflammation à cause de l’oxydation. Cela mène à une une dyslipidémie et de l’hypertension artérielle, souvent suivis d’infarctus du myocarde.

6. 6. Un taux plus bas de sérotonine est également la conséquence d’inflammation et d’oxydation. La sérotonine est fabriquée à partir du tryptophane. Quand il y a suffisamment de tryptophane, la sérotonine va alors également augmenter.

Un manque de sérotonine induit des envies sucrées, de l’agressivité, des envies de suicide, de la dépression, des changements d’humeur,...

3. Constatation

On est conscient actuellement du danger réel du syndrome métabolique, ce qui explique que l’on mesure le tour de taille systématiquement. Les études ont prouvé l’impact du tour de taille élevé + L’ hypertriglycéridémie augmente de 80% les risques de dysfonctionnement métabolique.

Il est important de détecter un syndrome métabolique chez une personne n'ayant pas de symptômes. De cette façon il peut être traité à temps, non seulement en normalisant le taux de sucre, mais aussi en écartant la formation de la graisse abdominale.


4. Objectif

Quelques kilos en moins suffisent

Beaucoup d’études montrent qu’une légère perte de poids d’environ 10% peut mener à des résultats métaboliques et cardiovasculaires très favorables. Les mauvaises graisses, c'est-à-dire, les graisses abdominales, fondent d’abord, bien avant les graisses sous-cutanées. Une baisse de 10% du poids, est une baisse de 30% de graisses adipeux.

 

 
© Copyright 2010 - Medical Diet Center